ET VOICI au projet natureOffice Togo

05.10.2022 / Kpalimé / Togo / Synergie. Syntropie. Sympathie. C’est à peu près le triptyque que natureOffice a choisi de mettre en avant lors de la visite d’ET VOICI au Togo.

Synergie, parce que le projet Togo, malgré des modules différents allant de A comme reboisement et alphabétisation à Z comme avenir en passant par S comme moutons, contribue de manière conséquente à la protection du climat, à la durabilité et à la lutte contre la pauvreté. Les roues dentées des modules s’imbriquent parfaitement les unes dans les autres et se renforcent mutuellement. Syntropie, parce que natureOffice met en pratique la théorie de l’agriculture et de la sylviculture syntropiques avec beaucoup de cohérence dans le projet togolais. Sympathie, parce que tous les membres de l’équipe sont très sympathiques, expliquent bien et défendent leur cause avec authenticité.

How 2 : Tobias Liemersdorf explique les principes du reboisement syntropique.

Expliquer est important, car l’agriculture et la sylviculture syntropiques sont loin d’être partout sur l’écran et sont donc de la musique d’avenir, ce qui fait que le trio avec symphonie devient un quadruple accord.

A comme Allons-y : notre voyage nous mène de Parakou, au nord, à Abomey, près de la frontière, en passant par Dassa et Bohicon. La plupart du temps au volant, Sylvain DJAGBO, cette fois-ci non pas en tant que coach d’affaires et conseiller en démarrage d’entreprise, mais en tant que pilote de Honda.

Enfin, après un protocole frontalier complexe, nous posons le pied sur le sol togolais. Après deux heures de route de nuit, arrivée à Kpalimé. Accueil chaleureux pour nous et les poules de combat qui nous accompagnent, un jeune coq et deux poules.

Le chef de projet Tobias Liemersdorf nous donne un bref aperçu du programme prévu pour le lendemain. L’hébergement se fait dans une auberge d’inspiration artistique – le constructeur serait un Allemand. Les relations entre l’Allemagne et le Togo sont particulières. Les Allemands sont appréciés ici.

Après un petit déjeuner commun, nous nous arrêtons, après 30 minutes de route sur un chemin de terre cahoteux, à la coopérative de femmes affiliée.

Les femmes s’occupent de la fabrication du kluiklui (nom donné au Bénin à ces bâtonnets très appréciés comme en-cas), un biscuit permanent à base d’arachides. Les pâtisseries sont frites sur un four en argile spécialement conçu pour économiser de l’énergie.

Ces fours présentent un autre avantage : la fumée produite par la combustion est évacuée vers l’extérieur au lieu de flotter dans l’air ambiant et de provoquer des maladies respiratoires.

Tobias Liemersdorf et l’expert forestier Saka Mora nous font découvrir les autres produits de la coopérative et leur mode de fabrication : Beurre de karité, huile cosmétique, huile de palme rouge et allume-feu. Ici, pratiquement aucun déchet n’est produit et chaque matière résiduelle sert encore à quelque chose.

La coopérative de femmes utilise les deux fours à économie d’énergie pour toutes les préparations.

Sur le chemin du village, nous nous arrêtons brièvement à l’école reconstruite par natureOffice. Des cours d’alphabétisation et d’arithmétique de base y sont régulièrement organisés : L’idée est venue de la coopérative – pas de comptabilité et de procès-verbaux de réunions sans connaissances de base en écriture et en calcul!

Enfin, le chef du village et son entourage nous accueillent. Le garde forestier, qui travaille depuis huit ans sur le projet, et le vétérinaire les rejoignent. Ce dernier s’occupe des moutons du projet, mais il a maintenant beaucoup de questions sur les poules de combat – le sujet passe bien ici.

Le garde forestier et Tobias Liemersdorf nous emmènent sur le site syntropique d’agriculture et de sylviculture. Il s’agit probablement du premier site de ce type au Togo et dans la région. Ici, l’innovation est indiscutable et il ne s’agit pas de remplacer un problème par un autre. Comme c’est le cas, par exemple, lorsque la productivité agricole est augmentée en apparence, mais que les effets sur la cohésion sociale, l’eau, le sol, etc. ne sont pas pris en compte dans le calcul.

Le projet Togo offre un espace pour la recherche estudiantine et les thèses de fin d’études

L’avantage de l’agriculture et de la sylviculture syntropiques est qu’il s’agit d’un système global qui n’oppose plus les positions économiques et écologico-climatiques, mais les regroupe et les oriente vers des objectifs durables. Le principe est en fait très simple : on s’inspire des mécanismes de la forêt naturelle tropicale, on les systématise simplement en plus, on les accélère et on les étend aux plantes utiles comme le café ou le cacao par exemple.

WIKIFARMER:

L’agriculture syntropique est une forme d’agriculture régénérative qui imite l’écosystème de la forêt tropicale. Imaginez une forêt tropicale dans la région amazonienne : Des centaines d’espèces végétales différentes y cohabitent harmonieusement dans un espace très dense. Ces espèces ont besoin de différentes quantités de lumière. Les grands arbres absorbent la lumière du soleil et font de l’ombre aux autres espèces. En conséquence, il y a des milliers de plantes différentes qui produisent des fruits toute l’année (pas seulement au printemps et en automne) et qui offrent de la nourriture à d’innombrables espèces chaque jour de l’année. …

Lire plus

C’est génial de ne pas se contenter de lire ce genre de choses sur Internet, mais de les voir de près.

Ensuite, nous allons voir les moutons. Les moutons ont deux tâches. Premièrement, ils aident à maintenir la végétation autour de la forêt protectrice que nous visiterons plus tard. Deuxièmement, ils représentent une alternative d’approvisionnement en viande.

1000 ha de forêt : pas de feu. Pas de chasse. Pas de vaches dans la forêt. Pas d’abattage d’arbres.

Par le passé, les villageois avaient régulièrement mis le feu à des surfaces afin d’attirer le gibier devant les fusils des chasseurs. Mais le feu et la protection de la forêt ne sont pas compatibles – d’où le remplacement de la viande de mouton par de la viande de brousse.

La mesure est efficace : Les singes et autres animaux se montrent de plus en plus souvent dans la forêt.

La forêt s’étend sur environ 1000 hectares et se compose de vieux arbres et d’arbres nouvellement plantés. Entre les arbres, on trouve des plants de cacao et de café.

L’idée est la suivante : La forêt doit également fournir des avantages économiques. Cela améliore la perspective de sa protection lorsqu’elle retournera à ses propriétaires d’origine dans trente ans.

Des dizaines de milliers d’abeilles, qui produisent le meilleur miel de forêt bio dans 200 ruches réparties sur la surface de la forêt, assurent également des rendements forestiers d’un genre particulier. L’année dernière, la production était de 200 litres et devrait être multipliée par cinq à moyen terme. La certification bio existe déjà : les exploitations agricoles conventionnelles sont situées à plusieurs kilomètres de là, et personne n’utilise ici de pulvérisateurs toxiques ou d’engrais chimiques. Des analyses alimentaires attestent de la qualité exceptionnelle du miel.

Pour finir, rencontre à la pépinière. C’est là que sont cultivés les plants préparés pour le reboisement, en alternative au semis direct. Sur le chemin du retour vers Kpalime, il pleut des cordes et nous avons du mal à passer une camionnette en panne à cause d’un essieu cassé. Mais tout se passe bien à la fin. Ça aussi, c’est l’Afrique.

En savoir plus?

ET VOICI dans l’ABSATZWIRTSCHAFT

07.09.2022 … est le Green Wednesday. Chaque mercredi, le premier magazine allemand de commerce et de marketing ABSATZWIRTSCHAFT (éditions HANDELSBLATT) publie une newsletter sur les thèmes de la durabilité.

Photo : ECONOMIE DE SERVICE / Les problèmes causés par le changement climatique dans le Sud mondial rayonnent jusqu’au Nord. ©Unsplash/Jonatan Pie

Pour le 7 août, il était question du Sud mondial et – entre autres – d’ET VOICI:

… Il est rare que l’absatzwirtschaft reçoive du courrier du Bénin – mais il y a aussi des lecteurs* en Afrique de l’Ouest. Dans ce cas, le lecteur s’appelle Matthias Hoelkeskamp et travaillait auparavant comme rédacteur et photographe à Düsseldorf. Aujourd’hui, il construit une ferme pionnière et d’apprentissage appelée Et Voici dans le village de Wore, près de Parakou, la plus grande ville du Bénin. « De publicitaire à aviculteur », Hoelkeskamp décrit son parcours. « Il s’agit en gros de poulets, de durabilité, d’éducation, de bien-être animal et de développement ». Il s’agit donc de beaucoup de choses à la fois, raison pour laquelle il recherche d’urgence des partenaires de coopération et de promotion : « Il nous manque surtout de l’énergie et des matériaux de construction, des couveuses raisonnables et une presse à granulés. Mais des compétences et des contacts ciblés sont également les bienvenus » … (Traduit du texte original allemand)

Nous contacter

En savoir plus ? Pour lire l’article complet, cliquez ici

natureOffice en visite chez ET VOICI

Matthias Hoelkeskamp, Saka Mora, Safoura Ousmane

21/22.08.2022. natureOffice, pionnier sur le marché de la compensation volontaire du carbone et de l’évaluation climatique, a la confiance d’innombrables grandes et moyennes entreprises en Allemagne.

Grâce à un portefeuille de services très diversifié, natureOFFICE aide les entreprises à ancrer stratégiquement la protection du climat et la durabilité dans l’entreprise et à les rendre efficacement opérationnelles. Entre autres, avec son propre projet de protection climatique en Afrique de l’Ouest.

Outre la protection des forêts et le reboisement, il existe des projets qui étudient et optimisent l’économie paysanne et l’utilisation des terres en fonction des effets sur le climat. Ce domaine est en corrélation directe avec la population prévue pour l’Afrique, qui va presque doubler dans un avenir pas si lointain. Cela rend d’autant plus urgente la réduction des effets négatifs évitables sur le climat et l’environnement!

C’est là que les intérêts de natureOffice et d’ET VOICI se recoupent. En tant que ferme pionnière et d’apprentissage, ET VOICI s’engage de manière similaire pour les objectifs de durabilité déclarés dans l’Agenda 2030 des Nations unies. Nous avons donc sauté de joie lorsque natureOffice nous a proposé une visite de son collaborateur Saka Mora pour le mois d’août !

Les 21 et 22 août, nous avons eu l’occasion de présenter ET VOICI à M. Saka Mora (qui a par ailleurs étudié la géographie et la protection de l’environnement à l’université de Bayreuth) sur place et lors d’un échange d’idées. La prochaine étape est une visite d’ET VOICI à un projet natureOffice au Togo. Cette visite doit contribuer à une meilleure compréhension des thèmes et des méthodes de travail de l’acteur allemand du climat et de la durabilité et permettre un échange approfondi.

Des conseils avisés venant d‘Allemagne

16.08.2022 / MANAGER-OHNE-GRENZEN (Allemagne) et ET VOICI (Bénin) signent un contrat de conseil.

L’indépendance plutôt que la charité! C’est ainsi que l’on peut résumer le credo de la fondation MANAGER-OHNE-GRENZEN (Allemagne).

Les managers de la fondation nous parlent ainsi avec le cœur: en effet, chez ET VOICI, dans notre domaine d’innovation et de formation agricoles, nous aspirons également à l’autonomie économique d’une entreprise social

« …Depuis sa création, Manager ohne Grenzen a déjà mené à bien quelque 150 projets dans plus de 30 pays. Et un noyau dur de 30 à 50 managers s’est formé dans toute l’Allemagne et participe chaque année. L’idée est simple : des économistes ou des gestionnaires de petites ou moyennes entreprises ou d’associations – de préférence des cadres ou de jeunes cadres – travaillent de quatre semaines à trois mois maximum en Afrique ou dans des pays pauvres d’Asie du Sud et de l’Est pour y transmettre leurs connaissances … ».

Stuttgarter Zeitung

Outre des conseils tirés de la boîte à outils de l’ingénierie commerciale, nous attendons de MANAGER-SANS FRONTIERES un apport précieux pour l’initiation de coopérations et la collecte de fonds. Car sur le chemin exigeant de l’indépendance économique, il s’agit de franchir l’une ou l’autre des étapes qui impliquent des coûts. En bref : nous sommes impatients de savoir ce qui nous attend à la fin de l’année en la personne d’un(e) manager.

Car c’est ainsi que fonctionne la fondation de conseillers : le conseiller vient dans le projet en tant que collaborateur externe pour une période de 4 à 12 semaines. La prestation de conseil est gratuite, le projet prend en charge l’hébergement et les repas ainsi que les frais de mobilité sur place.  En fonction du résultat positif d’une évaluation effectuée après 6 et 12 mois, le projet reçoit un certificat d’excellence.

Nouvelle fiche vidéo

La nouvelle fiche vidéo présente la Poule Bicyclette. La poule Bicyclette n’est pas une race à proprement parler, mais un terme générique désignant des races terrestres originaires d’Afrique de l’Ouest.

Poule Bicyclette – fich video

La poule des brousses, des prés et des rues est une robuste autosuffisante, capable de s’adapter à des conditions défavorables. Si on laisse la poule courir, elle cherche elle-même sa nourriture. Elle est alors économiquement intéressante, malgré une croissance relativement lente et une faible ponte. Bien entendu, la Bicyclette se réjouit d’être nourrie et, attirée par les graines, revient d’autant plus volontiers dans le poulailler familial.

D’un point de vue politique, la poule Bicyclette représente une déclaration d’indépendance africaine : Les poulets de chair et les poules pondeuses, aujourd’hui répandus dans toute l’Afrique, sont tous issus de poulets hybrides dont le marché de production est fermement aux mains d’acteurs internationaux.

Cette brève fiche d’information est une lance pour le poulet africain qui, à notre avis, représente aussi une arche de Noé génétique digne d’être préservée pour la communauté mondiale des poulets.

La poule ou l’œuf?

Qui est arrivé le premier, la poule ou l’œuf? Chez nous, ce n’était ni l’un ni l’autre.

Chez nous, un poussin sans mère trouvé par hasard met le point zéro.

Son nom: Stefanie. Il s’est avéré plus tard que Stefanie était en fait Stefan – et que Franklin (à gauche sur la photo), qui lui a été adjoint, allait devenir son meilleur ami en tant que coéquipier de même sexe.

Malheureusement Stefan et Franklin font partie de l’histoire aujourd’hui. Une grippe aviaire sournoise a mis fin prématurément à leur vie trop courte.

meilleurs amis pour toujours

Les deux amigos ne sont toutefois pas restés sans descendance. Aujourd’hui, environ trois cents poules de races différentes peuplent huit poulaillers et crèches. Bientôt, après le déménagement de l’arrière-cour vers les nouveaux poulaillers de la ferme, il y en aura encore plus – grâce aux bons soins et à l’entretien, les successeurs de Stefan et Franklin sont très reproductifs.

Hybride ou poule de race?

Que sont elles, les poules de race ? Les poules de race sont des poules accouplées en fonction de caractéristiques définies – morphologie, plumage, poids, performance de ponte, etc. – qui transmettent les caractéristiques de leurs parents à la génération suivante de poussins.

Westfälischer Totleger: Il s’agit d’ une vraie pondeuse avec une longue tradition de race

Il en va autrement des poules hybrides : il s’agit de produits de croisement de quelques races de poules. Les poules hybrides ne possèdent les caractéristiques souhaitées – performance de ponte accrue ou prise de poids – que dans la génération de poussins correspondante.

Division de l’hérédité

Si l’on place les œufs de ces poules dans le couvoir pour la reproduction, les propriétés génétiques se divisent à nouveau de manière incontrôlée dans la transmission héréditaire. On obtient ainsi une palette de poules uniques différentes. Les poussins qui en résultent n’ont plus grand-chose en commun avec la génération hybride : la performance de ponte extrêmement élevée des hybrides de ponte (jusqu’à 300 œufs la première année) et la croissance record des poulets de chair ne sont pas reproductibles dans la descendance. Tant mieux pour les producteurs de ces poules hybrides, car il faut toujours acheter de nouveaux poussins !

Les poules au bord du burnout

Malheureusement, les poules hybrides de ponte s’épuisent en l’espace d’une ou deux périodes de ponte maximum et les poules épuisées conviennent au mieux pour le poulet à la soupe. Pour les poulets de chair, la devise est « live fast, die early ». Si l’on ne respecte pas l’heure d’abattage prévue, les animaux tombent malades.

Comme nous ne vivons pas tous dans un monde idéal, il peut y avoir, malgré ces arguments et objections, des situations dans lesquelles on prend ou doit prendre une décision en faveur des hybrides sur la base de considérations économiques.

Totleger et Kennhühner

Chez ET VOICI, nous avons d’abord opté pour deux races de poules qui pondent les œufs chez nous. Il s’agit de la solide poule d’élevage de Bielefeld et le Totleger de Westphalie. Ce dernier est d’ailleurs un animal particulièrement beau et passionnant – la poule pondeuse a une longue histoire et descendrait de la poule dite turque. Malgré ses performances de ponte exceptionnelles (jusqu’à 230 œufs par an), cette poule fait partie des races d’animaux domestiques menacées d’extinction.

Nous sommes impatients de voir comment nos deux races originales allemandes se comportent dans les conditions locales d’Afrique de l’Ouest – les animaux ont environ quatre mois au moment de la rédaction de cet article.